La vidéo complète ICI

Demande de pièces informatives

« Par rapport au fonctionnement général de cette assemblée, nous souhaiterions que les documents attenants aux décisions du bureau soient scannés et transmis aux élus en même temps que le reste de l’ordre du jour. Car sinon comprendre les décisions ? Pour ne donner qu’un exemple, le premier point indique qu’une subvention exceptionnelle a été attribuée à l’association Cèdres du Liban mais le montant de cette subvention n’est pas donné ce qui nous semble problématique. »

Réponses

Concernant les documents : « Cela sera effectif au prochain conseil communautaire, mais vous pouvez déjà y avoir accès sur le site du grand Narbonne. »

Pas de réponse sur la subvention « cèdre du Liban ». Mais comme il est vrai que cela est public, nous sommes  allés voir il s’agit donc d’une subvention exceptionnelle de 10 000 euros.

Groupes de travail

Nous allons rejoindre, à notre demande, plusieurs groupes de travail :

Pour Viviane 

« Economie et emploi » animé par M. ALVAREZ. « Politique de la ville / Cohésion sociale », animé par MM. Christian LAPALU et Eric PARRA. « Affaires culturelles », animé par Mme. Emma BELLOTTI-LASCOMBES. « Habitat / Urbanisme / Planification / Aménagement du territoire », animé par M. Jean-Louis RIO.

Pour Yann 

« Mobilités », animé par M. Jean-Marc JANSANA.  « Gestion des déchets », animé par M. Guillaume HERAS.,« Agriculture / Viticulture / Tourisme », animé par MM. Xavier BELART et Michel PY. 

Et enfin pour nous deux

« Transition écologique » (incluant la gestion de la Fourrière animale), animé par Mmes. Fabienne MARTINAGE, Catherine GOUIRY et M. Jean-Marie MONIE. 

Rapport Développement durable

Pour le coté forme

Vous pouvez aller voir l’article : De la notion de démocratie en conseil communautaire.

Pour le fond
Rapport annuel développement durable

Après une très très très longue présentation (à partir de 1h09 pour 36 minutes) ou beaucoup de vice-présidents sont intervenus nous sommes intervenus, voici le contenu (1h45)

“ Dans ce rapport, il y a beaucoup d’éléments mis bout à bout mais très peu d’indicateurs de suivi et de diagnostic. Or, comment penser une orientation, une stratégie efficace, sans avoir une idée concrète de la situation ?

Si nous sommes globalement d’accord avec les 15 actions phares proposées en page 5.

Nous pensons, comme nous l’avions indiqué lors du dernier conseil municipal de Narbonne, que la notion de développement durable est une vision obsolète,

une vision du monde d’avant qui ne se situe que dans la notion de développement, de croissance économique à l’image de l’illustration de l’édito du rapport: une pelouse verte, d’éoliennes, de routes et d’un grand port planté sur un casque de chantier.

La crise actuelle nous prouve qu’il ne faut pas se contenter de prendre un itinéraire plus ou moins vert qui nous mène plus ou moins rapidement au même point de non retour.

Le développement ne peut être durable à long terme et à l’échelle de la planète avec les sacro-saints critères de croissance économique.

L’externalisation de nos pollutions, dont la production de GES (gaz à effet de serre), vers les pays les plus pauvres est à prendre en compte dans nos schémas de développement, même dans nos idées de territoires, de local.

Nous fonctionnons sur des erreurs, ceux des plus bas prix, de l’accumulation oubliant ce qui fait notre humanité : les relations, la culture, la convivialité, l’éducation…

Il est plus que temps de relocaliser,

de construire à notre échelle des économies non polluantes, circulaires, économes, peu gourmandes en énergie et en matière première, en circuits courts et directs.

Pour terminer, sans discuter de toutes les actions phare, le point 11 nous paraît problématique.

En effet ce n’est pas “adapter le territoire et les écosystèmes, notamment à l’élévation du niveau de la mer” mais plutôt de ne pas détruire les écosystèmes qui seront, en particulier les étangs, certainement plus résilients que nos constructions humaines face au dérèglement climatique. C’est à nous de nous adapter.”

Rapport égalité Homme/Femmes

Rapport égalité hommes femmes 2020

Aujourd’hui, dans notre collectivité,

les femmes représentent 38% des effectifs permanents. On est loin de la parité. Dans ce rapport, vous pondérez ce chiffre en affirmant que ce déséquilibre est lié à, je cite, “la spécificité des métiers dans l’agglomération”. Aucune piste n’est proposée pour faire évoluer cette situation. Dois-je en déduire qu’il y a des métiers pour homme et d’autres pour femme ? Qu’un homme est incapable de tenir un crayon ou de remplir un formulaire et qu’une femme est trop  délicate pour pousser une poubelle ou trop littéraire pour planter un clou ? Oui, il y a des disparités culturelles dans notre pays et, en tant que collectivité, il est de notre devoir de lutter contre ces préjugés et d’imposer la parité dans les recrutements, quelles que soient les catégories ou les métiers concernés. 

Par ailleurs, dans ce rapport, il est aussi question de violences faites aux femmes. On sait que le confinement envenime ce problème. Aussi, sommes-nous en contact avec les associations qui pourraient avoir besoin de logements supplémentaires pour accueillir les victimes ?   

Réponses de Monsieur Heras

Il ne sera pas mis en place de quota pour les postes de ripper car ce sont des métiers très difficiles et physiques, par contre nous travaillons sur la mise en place d’outils qui faciliterons le travail.

Concernant les violences, il est fait appel aux maires pour être vigilants sur ce point. Il cite l’association  « cent pour un toit »     qui se monte à Saint Marcel. 

Quand à Monsieur Mouly,  il invite Viviane à venir faire une tournée avec les rippers ! Viendra-t-il avec ?

Budget et Port la Nouvelle (2h28)

« Alors que nous affrontons une crise sanitaire, sociale et économique majeure,

en 2021 nous devrons dépenser 3 millions d’euros pour construire l’extension du port de PLN. C’est le plus gros poste de dépense. Tout ça pour un projet inutile de l’aveu même des pétroliers et des transporteurs. 

pour un projet écocide qui menace l’équilibre hydrologique et écologique de l’étang de Bages-Sigean et pourrait causer des nuisances olfactives et visuelles pour les communes limitrophes pour un projet financé à coup de millions par les collectivités publiques et qui s’apprête en ce moment même à être cédé au privé. 

Ce port n’est pas nécessaire à l’implantation des éoliennes off shores.

Il coûtera des millions à désensabler. Alors arrêtons le massacre. Car franchement, n’aurait-on pas mieux à faire avec cet argent ? 

En l’état seulement 30 000€ sont proposés pour soutenir le projet Terra Rural qui cherche à maintenir une agriculture nourricière. Seulement 80 0000 euros sont dévolus à la désimperméabilisation des sols alors des millions sont dépensés pour bétonner des milieux naturels et agricoles. 

En outre, dans ce document, il est question du financement, à hauteur de 4,5 millions d’euros, d’une station de relevage sur le parking du Parc des Sports. Cette installation inquiète beaucoup les riverains pour les nuisances olfactives qu’elle pourrait engendrer. Alors qu’est-ce qui justifie ce déplacement ? Ne peut-on pas faire autrement ou juste améliorer l’équipement actuel ? Comment garantir la maîtrise des nuisances olfactives quand on sait que la station actuelle, très odorante, avait elle aussi été annoncée comme inodore. 

Et que penser des 500 000 euros dépensés pour refaire le parvis du Théâtre à l’identique alors que cette configuration n’a jamais trouvé la moindre utilité. Et ce alors qu’une proposition apparemment audacieuse avait été faite par l’équipe du théâtre. 

Il faut apprendre à identifier les erreurs d’aménagement et arrêter de les reproduire à l’infini. C’est ça la résilience.

De façon générale, ce rapport appose une série de projets parfois très intéressants mais qui ne sont pas hiérarchisés correctement. Il faut s’y prendre, fixer des objectifs clairs et définir des stratégies pour atteindre ces objectifs. Il faut un cap, une vision politique à long terme pour notre territoire, ce qui sous-tend de  prendre du recul pour réfléchir à nos besoins fondamentaux à l’aune du changement climatique. « 

Réponses et observations :

Monsieur Martin a été très lyrique (dixit Monsieur Heras) sur la défense du port le présentant comme un projet propre et d’avenir !

Il nous invite à venir visiter et échanger à la mairie de PLN.

Monsieur Bréon (NEC) a aussi, après avoir critiqué le manque de dépenses publiques et demandé la possibilité de contracter une dette publique, défendu ce projet du port.

SCOT

« Comment est il possible que notre collectivité considère qu’une zone classée ZNIEFF (Zone naturelle d’intérêt faunistique et Floristique) ne soit pas reconnue comme espace remarquable et qu’elle renvoie au PLU (Plan Local d’Urbanisme) le soin de lever le doute sur son caractère remarquable qui devient « présumé » dans le SCOT. »

Monsieur Py nous a répondu par une réponse alambiquée « définir comme espace remarquable ne veut pas dire délimiter » en gros c’est un espace remarquable mais pas partout !

« Réduire la précarité énergétique doit être une priorité.

Or, l’objectif de cette année est de traiter 70 dossiers sur la totalité du Grand Narbonne. C’est dérisoire et bien en-deça des années précédentes ou des objectifs fixés dans le PCAET pour répondre aux enjeux de la crise climatique. Nous demandons à ce qu’ils soient dès maintenant revus à la hausse. »

La réponse nous indique qu’il s’agit de dossiers supplémentaires

  

 


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.