Pour (bien) commencer l’année, le 12 a été une journée Parc naturel régional.

Visites du territoire

Étang de La Palme

Le matin avec l’équipe de technicien.ne.s du pôle biodiversité, nous avons évoqué la complexité de l’étang avec sa très grande amplitude de salinité au cours de l’année.
Nous avons aussi évoqué  la problématique du crabe bleu, espèce envahissante venant des Amériques.
Puis après une vue sur les salins en activité nous évoquons les mesures compensatoires en rapport avec l’agrandissement de la carrière du secteur des trois Jasses.
Il s’agira (entre autres) d’un pâturage pour éviter la fermeture du milieu et la mise en place de zones favorables au lézard ocellé ou à des passereaux de terrains ouverts.
J’ai aussi découvert un imposant mur en pierres sèches réalisé lors d’un stage encadré par un technicien du Parc.
Au passage visite du superbe lavoir de la Païcherasse et son eau délicieusement tiède, 18 degrés actuellement (et légèrement salée).

Grau de La Franqui

Nous sommes ensuite allé sur les hauteurs de La Franqui ou j’ai eu une explication du fonctionnement complexe du grau et de la nécessaire gestion concertée quand à son ouverture ou fermeture. En ce moment il est ouvert naturellement.
De la haut, belle vue sur l’immense lido qui n’est plus envahi par les véhicules. Malheureusement une vue au loin sur le port de Port la Nouvelle et son extension.

Plateau de Leucate

L’étape suivante  était consacré au plateau de Leucate et sa problématique de fréquentation et de fermeture du milieu due au pin d’Alep (travaux d’élimination avec des bénévoles et les lycéens du lycée agricole)
A ce propos, il est assez difficile de faire comprendre au grand public qu’un arbre, une forêt n’est pas forcément bénéfique pour la biodiversité.

Salin Grimaud

Enfin nous avons fini notre visite par l’ancien salin Grimaud à Sigean, géré aussi par le Parc qui y a construit des îlots pour la nidification des oiseaux.
Après un repas au siège du Parc je me suis rendu à la…

Présentation officielle du livre « Itinéraire gourmand dans les Parcs naturels régionaux »

Il s’agit d’un beau livre mettant en avant producteurs, produits et cuisiniers présents dans les PNR de France

En présence du Chef étoilé Lionel GIRAUD, les deux produits identifiés « Marque valeurs Parc » sont le Sel et le Miel des producteurs, Laurent POLONI et Patrice GABANOU.
Lionel Giraud propose deux recettes « Baudroie cuite au sel et pâtisson » et « Acacia glace, moelleux, pêche confite, meringue au pollen »

Enfin, bureau syndical à Villesèque des Corbières.

Où il a été question de budget 2021, de recrutement d’une chargée de communication, (il s’agit de l’ancienne chargée de communication de Keolis), d’une subvention consacrée à la valorisation (gustativement parlant) du crabe bleu, de l’avis (consultatif) défavorable quant à l’implantation d’un parc solaire à Roquefort des Corbières.
Concernant les deux projets importants que sont la maison de la narbonnaise (Grand Castélou) et du refuge du littoral à Sainte Lucie, il semble se dessiner un problème d’équilibre financier pour le Parc.

Pour le Castélou

Le budget d’exploitation de l’espace muséographique n’est pas équilibré sur les trois prochaines années. Le recrutement du responsable de l’équipement est, de ce fait, gelé. De plus, j’ai fait remarquer que les recettes prévues (40000 € en première demi-année et presque 100000 € en rythme de croisière) me paraissent exagérées.
Il va être nécessaire aux partenaires financiers de comprendre le réel intérêt de ce projet  pour la ville, la communauté d’agglo, le département et même la région.

Pour le refuge littoral

,Il faudra que l’activité soit « rentable » pour l’exploitant (en DSP- Délégation de Service Public) ou financée si c’est le PNR qui en garde la gestion.

Domaine de Frescati

Un autre souci pourrait être lié au domaine de Frescati (sur la commune de Port la Nouvelle). Cela a  été très rapidement évoqué : la commune (comme pour Sainte Lucie) s’est désengagée et a mis un terme à la convention de gestion. Il faudra faire particulièrement attention à la problématique de la destruction du domaine (Maison Vergeli) envisagée par le conservatoire du littoral (propriétaire) qui est estimée à environ 100 000 euros.

Discours préalable du président

Didier Codorniou a tenu un discours très écolo disant que cette année difficile prouve qu’il est plus que temps de changer d’orientation globale et de voie de développement…
Si sur le fond, je suis d’accord et que je le crois sincèrement convaincu concernant les orientations du PNR et sa volonté de soutenir celui ci.
Il me semble que la vision de développement économique lié à des fonctionnements du passé avec par exemple l’agrandissement du port de PLN, ne va pas dans le sens de changement de voie.

Vendredi 08 j’avais rencontré l’équipe de la réserve de Sainte Lucie, j’en ferai un carnet très prochainement après ma visite du domaine.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.