J’ai parfois le chic pour poser la question qui met mal à l’aise. En septembre, on avait voté une indemnité pour chacun des trois vice-présidents (VP) du SMDA. Sauf que voilà, ces indemnités ont été refusées par la préfecture, et il s’agit maintenant d’octroyer des fonctions précises à chaque VP (communication, suivi des travaux et GEMA) pour justifier leur rétribution. D’où ma question :  » Mais du coup, ils servaient à quoi avant les VP ?  » Silence gêné. « Les VP assistent à toutes les réunions » explique M. Triadou. Comme pas mal d’autres élus me dis-je. Et l’une de ses collaboratrices d’ajouter : « Les fonctions attribuées n’existaient pas mais, du coup, on va les mettre en place. » Bon. 

Dans ce conseil, j’apprends aussi qu’une série de « copil » (comité de pilotage) sera organisée sur des sujets aux noms plus ou moins techniques : »Etude sur les remblais VNF », « Systèmes d’endiguement » et « Rec de Veyret ». Je ne vous laisse pas dans le flou. Les explications, c’est maintenant.  

Etude sur des remblais VNF

D’abord, VNF renvoie sans surprise à « Voies Navigables de France ». Aux canaux donc. Ces derniers sont parfois entourés de talus, de remblais, qui stoppent ou dévient l’écoulement des eaux. Ils ont donc un rôle hydraulique même si ce dernier reste mal connu. D’où le lancement d’une étude confiée à BRL ingénierie et qui portera plus particulièrement sur le canal de jonction et le canal de la Robine. Objectif ? Diagnostiquer leur état structurel et leur fonction dans la protection des populations afin de proposer d’éventuels travaux allant de la consolidation, à l’aménagement ou à l’effacement. Selon les résultats de cette étude, ces remblais VNF pourront ou non être intégrés à des « systèmes d’endiguement ». Des quoi ? Ah bah ça tombe  bien, c’était l’objet du Copil suivant ! 

Système d’endiguement

Les systèmes d’endiguement sont des digues qui mises au bout à bout constituent un ensemble cohérent offrant un niveau de protection précis (pour des crues ayant lieu tous les 5, 10 ou 100 ans) pour un territoire délimité. Plusieurs zones sont abordées : les basses plaines de l’Aude, Armissan et le Rec de Veyret avec différentes zonages et différents niveaux de protection. Ceux-ci seront votés en conseil syndical. 

A cause d’un problème de connexion, je peine à suivre cette réunion (en visio) mais d’après le compte-rendu qui en a été faite, la zone de protection prévue sur Armissan est en l’état démesurément grande, la faute, ont répondu les experts, à l’absence d’étude de dangerosité sur le secteur. Cette dernière devrait être conduite d’ici juin 2021. A suivre donc. 

Rec de Veyret

La situation au niveau du Rec de Veyret est sans doute la plus problématique. La plupart du temps, le rec de Veyret est un ruisseau de rien du tout. Mais en cas de fortes pluies, il peut se mettre à enfler et à inonder une partie de Narbonne en deux heures. Et ce, au moins tous les 5 ans avec une amplitude variable. Autant dire que le niveau de protection est à ce jour trop faible.  Juste pour se faire une idée, d’après les estimations, les inondations centennales pourraient toucher quelque 8 500 personnes sur Narbonne.

Aussi, depuis 25 ans, des études se succèdent pour trouver une solution mais aucun aménagement concret n’a vu le jour. D’où l’idée, portée par le SMDA, de construire un barrage écrêteur de crue au-dessus de Montredon afin de retenir lors des crues quelque 1,5 million de m3 d’eau et proposer une protection centennale à Narbonne. 

Sauf que cette idée ne convainc pas la nouvelle équipe municipale de Montredon qui a fait campagne contre ce projet. Plusieurs rencontres ont eu lieu afin de rétablir le dialogue. Mais les élus de Montredon restent partagés. Pour autant, lors du dernier conseil syndical, les représentants du SMDA ont voté pour que des demandes de financement soient lancées et qu’à terme, une protection centennale soit proposée aux Narbonnais via ce barrage ou via à une autre solution qui reste à ce jour à déterminer.   


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.