Voilà ce que nous avons retenu de cette réunion :

Gaz à effet de serre

Le deuxième bilan « gaz à effet de serre » (GES) de l’agglo a été présenté. Il y a encore du boulot même si le Grand Narbonne vient d’être choisi par l’ADEME pour faire partie des 10 territoires d’expérimentation pour la réduction des GES. Voici notre réaction, présenté en salle par Yann :

Le bilan « gaz à effet de serre » du Grand Narbonne n’est pas bon. Là où nos émissions devraient diminuer, elles augmentent de 12 ou 3% selon les calculs. C’est une très mauvaise nouvelle car nous continuons à creuser l’écart. Pour rappel, l’objectif du Plan Climat Air Energie Territorial vise une diminution de 18% à l’horizon 2030. Il est plus que temps de passer à l’action.

70% des émissions proviennent de l’écopôle Lambert. Quelles solutions sont envisagées pour réduire les émission de ce centre d’enfouissement ? Nous l’avons dit lors du dernier conseil communautaire, il est urgent d’envisager un plan volontariste de réduction des déchets ménagers et fermentescibles. Comme il est urgent d’imposer des objectifs énergétiques ambitieux à nos délégations. Par ailleurs, comment expliquez-vous la forte augmentation observée de la consommation énergétique (+43% en gaz) de l’espace liberté ?

La réponse à cette dernière question se résume semble-t-il à « Les Grands Buffets ». La rénovation énergétique de l’espace liberté sera apparemment l’un des chantiers à avenir.

Exonération de taxe

Des restaurateurs m’avaient questionné sur la position de la ville à propos de l’exonération de la cotisation foncière pour les entreprises (CFE). Sur notre territoire, cette taxe est perçue par l’agglomération. Dans le cadre de la crise Covid, la CFE peut être exonérée aux deux tiers. D’où cette question :

Envisagez-vous une exonération partielle de la cotisation foncière pour les entreprises notamment pour les restaurateurs qui ne pourront pas rouvrir dans les prochaines semaines ?

La réponse de Mme Durand (VP finances) est non. D’après leur analyse, l’exonération de la CFE engendrerait des pertes fiscales trop importantes et cette taxe ne concernerait pas les entreprises les plus mal en point.

Bus et Transport

On a pris connaissance du rapport annuel de Keolis, le délégataire de service public pour le transport. Les transports en commun reste pour nous un gros point noir, car ils ne sont pas efficients, ni en fréquence, ni en parcours, ni en tarif, d’où une prise de parole de Yann.

Car, on l’a dit, l’un des objectifs de l’agglomération est de faire chuter les émissions de gaz à effet, et donc d’augmenter le recours aux transports en commun. Comment ? En proposant la gratuité pour tous, en créant des voies dédiées et en optimisant la fréquence et la fiabilité du bus. La citadine 2 ouvre la voie. Il faut poursuivre dans cette direction.

Condition animale

Un délégataire qui a présenté son rapport annuel, c’est l’Arpan, fourrière et refuge pour chiens et chats. L’association est actuellement saturée et incapable d’accueillir tous les chats et chiens comme elle le devrait. D’où cette intervention :

Aujourd’hui, à l’Arpan, Il n’y a plus de places pour accueillir de nouveaux animaux, à cause de la recrudescence des abandons mais aussi de l’explosion de la population de chats dont les campagnes de stérilisation n’ont pas avoir lieu pendant les confinements. Faute de soutien. Il est urgent de prendre ce problème à bras le corps et de donner les moyens aux associations (comme Narbo’chats) d’effectuer dans de bonnes conditions ce travail d’utilité publique. Par ailleurs, l’Arpan a vu son activité augmenter de 30%. Peut-on réindexer la subvention du GN pour tenir compte de ces surcoûts ?

La question sera abordée lors des prochaines discussions budgétaires.

Clos de la Lombarde

C’est un sujet qui nous tient à coeur : la préservation du Clos de la Lombarde. Les amis du Clos ont depuis février réussi à créer un comité de pilotage et financent actuellement, sur fonds propres une étude de faisabilité pour le recouvrement et la mise en protection du site. A l’occasion d’un point sur l’EPCC NarboVia, nous avons insisté sur la nécessité de sa préservation.

Nous nous réjouissons de la mise en place de l’EPCC mais nous tenons à rappeler qu’il est important de maintenir le lien entre ces lieux de vulgarisation et les fouilles archéologiques elles-mêmes. Nous pensons en particulier au clos de la Lombarde qui pour le moment est exclu de ce dispositif. Il est urgent de le mettre en valeur et de le protéger, d’autant qu’une partie des collections du NarboVia proviennent de ce site d’intérêt communautaire.

Schéma de cohérence territorial (Scot)

Enfin, nous avons posé sur une question écrite sur le Scot qui, une fois encore, a été refusée :

Le Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT) a pour la deuxième fois été retoqué alors qu’il est passé dans 86% des communes ailleurs en France.  Il s’agit d’un document primordial pour anticiper les conséquences du dérèglement climatique et de la transition écologique. Pourriez-vous nous expliquer ce qui bloque avec ce Schéma de Cohérence Territoriale, afin que nous puissions collectivement proposer des solutions ?

La réponse de M. Py : Cinq points bloquaient (dont, on imagine, le circulation des voitures sur les plages). Un point reste problématique à Leucate et Gruissan, en lien avec la délimitation d’espaces naturels sensibles.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.