Les Robin.e.s vous transportent et vous proposent un plan mobilité cohérent pensé pour désenclaver les différents quartiers de Narbonne.

Pour les Robin.e.s, la mobilité est un droit élémentaire qui, à Narbonne, n’est pas respecté, en particulier pour les habitants de Narbonne plage ou des Hauts de Narbonne.

Trop peu fréquents, mal dimensionnés, les bus circulent à vide alors même qu’ils coûtent très cher à l’agglomération (16,6 millions d’euros pour 1,3 million de recettes sous forme d’abonnements ou de tickets), et donc aux contribuables (102 euros par personne).

La tarification est complexe et dissuasive

  • pour les chômeurs qui chaque mois doivent se représenter au guichet entre le 5 et le 15 ! Une personne sur 4 a déjà refusé un emploi suite à un problème de mobilité
  • les collégiens ne peuvent circuler que sur la ligne de leur collège une fois/j les we étant exclus…
  • outre les problèmes d’accessibilité, les personnes à mobilité réduite bénéficient de la gratuité en cas d’invalidité>80%
  • les seniors se sont vus abaisser le seuil de gratuité

Nos propositions :

  • le droit à la mobilité : la gratuité pour tous et une amélioration de l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite (3,4). Il s’agit de repenser en profondeur ce réseau de transport collectif. Nous porterons ce projet haut et fort devant le conseil communautaire.
  • le droit à la tranquillité : Lutte contre les violences sexistes, les problèmes d’incivilité, de vandalisme et le sentiment d’insécurité des usagers grâce à des contrôleurs rendus disponibles par la gratuité. Ce droit à la tranquillité sera aussi complété par la Brigade
  • Une égalité de service public : Réveillon, les Hauts de Narbonne et Narbonne plage devront être ralliés à la ville de Narbonne notamment les dimanches et en soirée. Cette stratégie permettra de mettre en lumière et en accessibilité toutes les facettes de Narbonne, son centre historique, sa splendide lagune (La Nautique), sa plage et son port de plaisance (Narbonne Plage), ses espaces naturels (la Clape, les marais, le canal) et ses lieux de résidence.  
  • Limiter la pollution grâce à des bus plus propres (électriques, hybrides ou roulant au gaz naturel),
  • Ces mesures s’accompagneront bien évidemment d’un plan mobilité qui fera la part belle aux déplacements doux (vélo, marche) sans faire la guerre aux voitures. 
  • La ville réétudiera la possibilité d’offres spécifiques telles que les bus communaux pour les scolaires ou des navettes y compris fluviales.

Ici, l’article publié dans l’Indépendant le 9/02/20

Catégories : Une ville qui anticipe

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.